Accueil » Les conseils » Les conseils » Travailler et allaiter » Relais au biberon: Tout ce qu’il faut savoir …

Relais au biberon: Tout ce qu’il faut savoir …

par Fanny Bellaray
0 commentaire

… Pour gérer en douceur et éviter la confusion sein/tétine.

Cela fait quelques semaines, mois, que vous allaitez et la reprise du travail approche à grands pas avec son lot de questions.
Travailler et allaiter c’est bel et bien possible. Et ça ne rime pas avec sevrage! (Pour plus d’infos sur l’allaitement et le travail, cliquez ici). Mais comment jongler entre sein et biberon de lait maternel? 
Au delà de cette nouvelle organisation, vous vous posez de nouvelles questions comme :
« Comment bébé va-t-il accepter le passage au biberon durant mon absence ? »
« Quand commencer la transition ? »
« Y’a-t-il des erreurs à ne pas commettre ou au contraire des astuces pour faciliter les choses ? »
Dans cet article, on fait le point sur la question pour gérer la transition EN DOUCEUR !

Ce qu’il faut savoir avant de commencer

 

« Téter au sein ou au biberon, c’est pareil ? »

Non. J’en ai déjà parlé dans de précédents articles : La succion au sein et très différente de celle au biberon ou à la tétine.

L’ouverture de bouche, la force de succion, le placement de la langue, le flux de lait… Tout est différent.

– Un bébé qui tète au sein possède une ouverture de bouche plus grande qu’au biberon,
– Le mamelon s’étire jusqu’au fond de la cavité buccale au niveau du palais mou (dernier tiers) . La tétine est plutôt à l’avant de la bouche.
– Le flux de lait suit le rythme des réflexes d’éjection et le débit dépend de la fréquence et de la force de succion du bébé.
– La force nécessaire au bébé pour téter au sein est plus importante qu’au biberon,
– La langue du bébé allaité au sein est basse, sortie et forme un « U ». Les mouvements effectués sont différents d’une succion au biberon.

 

« Quelles complications risque-t-on pour le passage au biberon ? »

Les mamans ont en général deux craintes légitimes:

– Une confusion sein/biberon, dite aussi préférence pour la tétine du biberon
– Un refus du biberon

Dans le premier cas, le bébé se tourne volontiers vers le biberon car cela lui demande généralement moins d’effort. La nature est ainsi faite, tout être vivant (ou presque) aime se tourner vers la solution la plus facile. C’est encore plus vrai pour un bébé pour qui la technique de succion est fraîchement maîtrisée, encore compliquée et/ou fatigante.

Dans le second cas, c’est l’inverse. Le bébé accepte mal le changement de technique et d’habitude. Il faut dire qu’il n’y a pas qu’une histoire de biberon et de tétine. C’est aussi un contact différent, des habitudes différentes avec une personne différente de sa maman. Quoi de plus naturel que votre bébé proteste un peu ?! Voire beaucoup.

Il y a aussi des bébés pour qui le changement ne pose aucun problème. Les deux techniques sont maîtrisées et le bébé s’adapte aussi bien à l’une qu’à l’autre. On dit souvent que la bonne maîtrise de la succion au sein favorise cette accommodation.  Au plus tard au mieux donc, mais parfois, le timing nous presse, il faut faire avec.

Toutes les configurations sont possibles. Chaque bébé est différent.

 

 

« Refus du biberon, que faire ? »

« Mais si mon bébé refuse le biberon ? Comment je vais faire pour m’absenter ? C’est la catastrophe ! Et le travail qui arrive bientôt … Le stress ! »

Dites vous qu’un refus c’est pour un temps donné. Le temps de l’adaptation. Parfois court, parfois plus long mais chacun son rythme et ce n’est pas parce qu’il refuse le biberon la première fois que tout est fichu.

Il peut être intéressant de tester dans des conditions différentes, à des moments différents, avec des personnes différentes… L’important est de ne pas se décourager et d’avoir confiance.

 

Des solutions alternatives tout en douceur pour patienter…

Surtout, il faut savoir qu’il n’y a pas que le biberon dans la vie ! D’autres moyens existent pour offrir une transition douce à votre enfant.

Avez-vous déjà entendu parler de biberon cuillère, tasse, paille au doigt, seringue, cuillère… ?

Tous sont des moyens de donner le lait maternel autrement qu’au biberon. Si au moment de reprendre le travail, votre enfant n’a pas encore adopté la tétine de son biberon, pas de panique.

Laissez-vous le temps nécessaire pour créer de nouvelles habitudes sans focaliser sur ce fichu biberon.

Le choix du biberon et arnaques marketing

Parfois, il faut tester plusieurs types de tétines avant de trouver celle qui convient.

Vous avez surement déjà remarqué à quel point le choix était vaste… Il y en a de toutes les formes, faites de matières différentes, rivalisant d’arguments « technologique » dernier cri.

Il arrive qu’elles portent des mentions telles que : « Imite la forme du sein »

A ce sujet, je ne vais pas aller par quatre chemins. Je vais vous dire ce que je pense de toutes ces tétines et tous ces biberons révolutionnaire qui « imitent » le sein maternel.

C’est de la publicité, des arguments marketing pour faire vendre.

Ne tombez pas dans le panneau et ne dépensez pas votre argent inutilement. Je me suis fait avoir aussi. Les fabricants ont beau « imiter» la forme du sein, ils ne peuvent pas mimer les propriétés d’étirement du mamelon comme dans la physiologie. L’effet est surtout visuel et un bébé ne s’y trompera pas.

Le matériel idéal selon moi c’est :

Un biberon en verre
– Une tétine col étroit, longue ++, à débit réglable (type 1/2/3), en silicone très souple, caoutchouc ou latex 100% naturel

Les anciens n’ont pas fait que de mauvaises choses, il faut savoir garder ce qui fonctionne et rester simple.

Le verre, c’est pour moi la matière la plus « safe ». Ca vaut pour l’aspect hygiène, la facilité d’entretien mais aussi l’aspect santé publique. On a parlé en 2012 il me semble, des biberons et autres contenants fabriqués avec du BPA. Tout le monde sait aujourd’hui les effets néfastes du BPA sur la santé. Le BPA a été retiré notamment de la composition de des plastiques alimentaires, mais qu’en est-il des molécules qui l’ont remplacé ? Quel recul avons-nous dessus ?

Oui le verre c’est plus lourd, ça casse, mais il existe maintenant des housses en silicone pour prévenir des accidents de vaisselle. Il est chimiquement plus stable qu’un plastique et le recul… Je pense que nous l’utilisons depuis suffisamment longtemps pour l’avoir.

En ce qui concerne la tétine :

Je trouve les tétines en silicone très dures. Elles s’éloignent donc de la physiologie du sein même si leur forme nous laisse parfois penser le contraire.

Plus la tétine est longue et souple, mieux c’est car le lait arrivera plus en fond de bouche comme lors de la succion au sein. Le bébé devra certes adapter sa technique mais la tache sera moins rude.

Qu’elles aient la forme du mamelon, avec un col hyper large, ou une extrémité aplatie, ronde ou triangulaire pour la langue du bébé … J’en passe ! Elles restent avant tout des tétines et pas un sein. Le débit sera différent du sein. La langue du bébé devra quand même se placer différemment. Ses sensations seront différentes. Il faut bien l’accepter.

Dans la grande majorité des produits proposés, je trouve que le bénéfice n’est pas à la hauteur du prix proposé par les marques de puériculture. Franchement, il ne faut pas se prendre la tête et préserver son porte monnaie.

Ayez un regard critique sur les biberons sophistiqués aux prix maxi et aux résultats mini. Il y aura toujours quelqu’un pour vous dire que c’est génial (et se rassurer ainsi d’avoir dépensé son argent pour quelque chose qui fonctionne !)

Oui, des efforts sont faits par les fabricants, on ne peut pas le nier. J’aime bien la tétine proposée par la marque Medela dans la gamme Calma. Elle est pourtant en silicone mais il est assez souple et la forme est vraiment idéale. Dommage que le biberon soit en plastique (à bon entendeur …). Si vous n’aimez pas les biberons en verre ou le caoutchouc, c’est peut être celui que je recommanderais.

Vous avez aussi chez Suavinex le Zero zero qui a une tétine pas mal en terme de longueur et de souplesse.

Quand commencer ?

Je parle ici du cas de la reprise du travail.

Pour une autre situation l’idéal et d’attendre que votre bébé ait perfectionné sa succion au sein. Dans l’idéal, évitez vraiment le premier mois et si vous pouvez le deuxième, ou proposez une des alternatives au biberon énumérées ci dessus.

Dans le cadre d’une reprise d’activité professionnelle, la notion de rythme est importante à saisir. L’adaptation ne se fait pas en un claquement de doigts. Ça peut aller très vite pour certains bébés, ou demander un peu plus de temps pour d’autres. Parfois, il faut faire des pauses, rebrousser chemin mais il est important de se dire que tout peu changer (dans un sens comme dans l’autre)

De là à anticiper des semaines à l’avance… NON.

Préférez laisser votre bébé profiter du sein et perfectionner sa succion. Quinze jours maxi avant la reprise du travail, c’est suffisant pour moi. Vous pouvez tenter de donner un biberon que vous aurez tiré dans la journée. N’oubliez pas que le mode de garde de votre enfant (nounou, crèche) prévoit un temps d’adaptation… C’est aussi à cela que ça sert ! 😉

Pas besoin de faire une « adaptation d’adaptation » si vous voyez ce que je veux dire… On ne s’en sort pas ! Et cela risque de vous mettre dans un état de stress inutile.

Pour compléter, je vous invite à consulter cet article qui traite de l’utilisation du biberon et de comment minimiser le risque de confusion sein/tétine. Pour le consulter cliquez ici.

 

 

Communiquez !

Vous pouvez parler à votre bébé. Evidemment il ne comprendra pas le sens de vos mots, mais il comprendra l’intention que vous mettrez dans vos paroles. Votre bébé est très sensible à cela. Car l’intention est le reflet de votre état d’esprit. Que vous soyez confiante ou pas, décidée ou pas, résignée ou pas…

Quelque soit votre état d’esprit, accueillez vos émotions et verbalisez les à votre bébé. Vous pouvez lui dire pourquoi vous lui donnez votre lait autrement qu’au sein. Expliquez lui, que pour vous aussi c’est une période d’adaptation mais que vous êtes confiante pour la suite. Assurez-lui, si c’est votre projet, qu’il pourra téter tant qu’il voudra lorsque vous vous retrouverez après votre travail. Que ce sera votre petit moment de retrouvailles.

Cette attitude empathique vous aidera aussi à vous mettre dans un état d’esprit favorable à la réussite. Vous gagnerez en confiance.

 

Avec le mode de garde

Soignez la communication avec la personne qui gardera votre enfant.

Biberon ou solution alternative, expliquez-lui où vous en êtes. Si vous avez des habitudes pour le nourrir (ambiance, installation …). Montrez-lui s’il s’agit d’un matériel spécial (je pense à la paille ou à la tasse…).

Vous formiez une équipe avec bébé, maintenant, l’équipe accueille un nouveau membre qu’il faut intégrer au mieux pour que le relais se passe bien. Pas de secret, il faut communiquer !

Voilà mes chères mamans, maintenant à vos commentaires,

Comment ça se passe pour vous ce relais au biberon ?

Quelle matériel avez-vous choisi ?

Partagez vos techniques dans les commentaires!

Au plaisir de vous lire,

Et n’oubliez pas, SOYEZ CONFIANTES, VOUS ETES COMPÉTENTES !

 

Fanny Bellaray

0 commentaire
0

Vous aimerez peut-être...

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Autorisez-vous les cookies? Oui En savoir plus