Accueil » Les conseils » Les conseils » Maux et questions d'allaitement » Tétine ou pas, quand on allaite?

Tétine ou pas, quand on allaite?

par Fanny Bellaray
0 commentaire

Vous allaitez et bébé depuis peu. Mais il demande à téter tout le temps, et vous n’en pouvez plus.

Vous êtes fatiguée et vous vous demandez si une tétine (juste une toute petite), ne pourrait pas vous laisser quelques minutes de répit. Séduisant non?

Le problème, c’est que dans l’absolu, la tétine (ou sucette) est considérée comme l’ennemie de l’allaitement maternel.

Mais vous savez que je n’aime pas les réponses catégoriques comme Ami/Ennemi, Pour/Contre, Bien ou Mal… Alors, tétine ou pas quand on allaite?

Dans cet article je vous propose de voir :

  • Pourquoi les professionnels de l’allaitement déconseillent l’usage de la tétine ?
  • Quelles sont les risques de confusion sein/tétine ?
  • Quels sont les autres risques liés à l’usage de la tétine

Mais aussi,

  • Les situations particulières qui perturbent le schéma classique que l’on s’était imaginé
  • Les solutions alternatives lorsque l’on a vraiment besoin d’un « break tétée »
  • Mon expérience personnelle en tant que maman.

Pourquoi c’est déconseillé ?

Ça brouille les signaux

Je parle ici des signes d’éveil.

Naturellement, le bébé a un besoin de succion. C’est un réflexe archaïque qui lui permet de réguler le stress. Il a BESOIN de téter pour se rassurer.

Avec l’allaitement maternel, le bébé peut téter parce qu’il a faim, ou parce qu’il a besoin de téter pour se rassurer.

On appelle respectivement ces tétées « nutritives » et « non nutritives ». Parfois, surtout au début, on a du mal à savoir si bébé tète pour manger ou pour se rassurer. Peu importe finalement car, tant qu’il tète il stimule le sein et ajuste la production lactée.

La production de lait dépend de la demande du bébé. Plus le bébé tète, plus il y a de lait. C’est très important surtout à la mise en route de l’allaitement maternel. Vous avez d’ailleurs surement constaté que votre bébé était parfois littéralement « scotché » au sein et honnêtement dans ces cas là, la tétine est plutôt séduisante.

Oui mais voilà, si bébé est « scotché » au sein c’est pour pouvoir calibrer naturellement votre production lactée et vous permettre d’avoir une lactation suffisante à ses besoins. La nature est plutôt bien foutue pas vrai?

Lorsque votre bébé commence à se réveiller, vous pouvez observer certains signes appelés les «signes d’éveils » :

  • Bâillements
  • Bouge un peu
  • Tourne la tête doucement
  • Porte les mains à sa bouche (Là ça commence à urger)

C’est le moment de le mettre au sein, tant qu’il est encore calme. Si vous attendez trop, il risque de s’impatienter et de s’énerver. (Et la vous risquez d’avoir une mise au sein « catastrophe » mais je dévie du sujet)

Si à ce moment, au lieu de le mettre au sein, vous lui donnez la tétine car vous estimez que « ce n’est pas l’heure », vous lui ferez manquer une tétée bénéfique pour lui, mais aussi pour vous (si, si je vous jure ! Même si là, tout de suite, vous avez surtout l’impression que ce qu’il vous faut c’est juste DORMIR… Courage, le meilleur est à venir.)

En conséquence de cette ou ces tétées manquées, la lactation ne peut pas s’adapter aux besoins réels de votre enfant, et vous risquez tôt ou tard de manquer de lait. (Et là, bébé aura de bonnes raisons de s’énerver) 

Votre enfant peut au lieu de s’énerver, se mettre en économie d’énergie : dormir plus, téter moins, et perdre du poids. (Un conseil si ça vous arrive, retirez la tétine, mettez au sein le plus possible et entourez vous de professionnels spécialisés en pédiatrie/puériculture ET en allaitement maternel. )

La tétine pour enfin dormir?? Pas si vite !

maman dort avec bebe

Confusion, mythe ou réalité ?

Autre argument avancé contre l’utilisation de la tétine pendant l’allaitement maternel, c’est la confusion sein/tétine dont on entend beaucoup parler.

« Alors, c’est vrai ou pas ? »

Eh bien, là ou l’on est sur qu’il existe bien une confusion sein/biberon, on l’est moins en ce qui concerne la tétine. En tout cas, pour l’instant cela n’a pas été prouvé. Les chercheurs pensent que le bébé est capable d’adapter sa succion et le positionnement de sa langue, selon qu’il est au sein ou qu’il a une tétine. Il n’y aurait donc pas de lien encore établi entre la tétine et une confusion. En revanche, les chercheurs affirment que la tétine serait plutôt le marqueur indirect d’un allaitement difficile ou d’une « faible motivation maternelle » (je cite).

Pour en savoir plus je vous conseille cet article qui fait état des résultats complets sur le sujet : cliquez ici 

 

Toujours des reproches…

Autres reproches faits à l’usage de la tétine : Les déformations ORL en tous genres.

  • Déformation du palais (creusé vers le haut)
  • Malocclusion de la mâchoire
  • Réduction de l’espace dans la cavité nasale (par ascension du palais)

Toutes ces déformations causées par la succion de la tétine entraîneraient par effet domino, une prédominance des infections ORL, avec en cadeau un ticket pour l’orthodontiste à l’âge ado.

Et une fois encore, je vais encore tailler les marques de puériculture, qui vantent leurs tétines recommandées par les dentistes, orthodontiste etc…

C’est du bla-bla marketing pour vendre.

De mon côté, tout ce que j’ai retrouvé, c’est un article qui conseille de choisir la tétine la plus molle possible afin de laisser la langue la plaquer la plus à plat contre le palais (comme dans la physiologie de la succion du mamelon).

Voilà mais j’aimerais quand même modérer ce paragraphe, car mon envie n’est pas de vous faire peur et car les problèmes dentaire de votre enfant ne sont certainement pas votre problème immédiat je me trompe ?

Non, vous, vous voulez DORMIR ! Hein c’est vrai ? Ben oui! Moi aussi je suis par là. Et je me suis dis comme vous. « Pour l’orthodontiste, on verra plus tard, un problème à la fois, attendons qu’il ait des dents au moins! ». Comme on devient primaire quand on n’a pas son quota de sommeil! 😂🤣

En conclusion, je pense que ces arguments sont à prendre avec beaucoup de recul car on manque d’études sérieuses à ce sujet. Pour moi, le seul argument contre la tétine qui tienne vraiment la route c’est le premier, celui qui évoque une modification de réponse aux signes d’éveil.

Et en vrai, on fait quoi?

 

Le peau à peau, une arme de réconfort massif

Ne négligez pas le pouvoir du peau à peau. La proximité favorisera non seulement les mises au sein zen, la production d’ocytocine (essentielle dans la lactation). Le peau à peau apaisera un bébé qui a besoin de réconfort plus que d’une tétée nutritive. Papa peut même s’y mettre pour que vous puissiez souffler un peu entre deux tétées (nutritives).

 

Mon histoire personnelle avec la tétine

Je vous ai livré la théorie, laissez moi maintenant vous parler de la pratique. Et même si mon vécu est unique comme le votre, j’aimerais vous parler de ma propre expérience de maman par rapport à la tétine.

Parce que, lorsque l’on est dans l’interrogation de donner ou pas la tétine, et qu’on nous dit: « Non ne la donne pas, sinon malheur à toi! », on a besoin d’argument solides pour résister.

Et l’on recherche par tous les moyens, des arguments supplémentaires pour faire, ou non, pencher la balance d’un côté ou de l’autre.

Parce que c’est humain de douter. Surtout lorsque vous êtes fatiguée, que vous avez envie de DORMIR, et que votre entourage (plus ou moins bienveillant) vous dit: « Ah mais c’est bon, va y, donne lui la tétine! »  (Quand ce n’est pas le biberon qu’on vous supplie de donner…)

Alors voilà, j’espère que mon expérience personnelle pourra vous aider à trouver VOTRE réponse. Celle qui VOUS convient le mieux.

Parce qu’au final, quoi que vous choisissiez, tétine ou pas, il est important que vous soyez en accord avec vous-même mais sans occulter les risques possibles.

Mini crapule est né un poil trop tôt et nous avons été séparés car il devait recevoir des soins dans un service de réanimation.

J’étais sur place mais pas 24h/24h à côté, car moi aussi j’avais des soins à recevoir.

Nous avons débuté la tétine car c’était le moins pire à ce moment là.

En effet, étant très excitable, mon bébé avait besoin d’être rassuré en mon absence et les puéricultrices bien que très présentes avaient beaucoup de travail.
Je connaissais les risques de la tétine mais l’idée que mon enfant puisse pleurer sans pouvoir être réconforté m’étais insoutenable. Ca a été une longue discussion avec l’équipe qui nous a déculpabilisés par rapport à ça. Je n’étais pas trop inquiète pour la lactation car je tirais mon lait, et je savais qu’en quantité ça allait. C’était plus la confusion qui me faisait peur.

Son parcours a fait que l’allaitement a été compliqué à mettre en place (pour plein de raison) mais quand on s’est retrouvé à la maison, la tétine a facilement été remplacée par mon sein. Je pouvais être plus à l’écoute de ses besoins. Finalement elle ne servait qu’à petite dose quand je devais le faire patienter pour la tétée.

La sucette lui permettait aussi parfois de ne pas s’énerver au sein quand malheureusement j’avais manqué les premiers signes d’éveil. Il faut dire qu’au début ce n’est pas facile de les repérer tout de suite. Et puis parfois, selon le tempérament du bébé, l’intervalle entre « j’ai faim » et « Viiiiiite !!! J’ai super faim », est très réduit.
C’était notre cas. Presque en ON/OFF. Il ne bougeait pas, et d’un coup sans prévenir : « OUIIIIIIIN ». Pas de « GNNNN… GNNNN, UMMM…. » qui disent « Attention, je vais pleurer ». Non, c’était tout de suite.

J’étais très inquiète de la confusion mais à ce moment là, j’ai senti que mon bébé avait besoin de téter pour être apaisé.

 

Parfois on choisit la solution la moins pire et on confronte ses idéaux à la réalité.

C’est ça être parents.

Et vous ? Quelles idéaux se sont cassé la figure depuis que vous êtes parents ?

Je vous embrasse
A très bientôt et surtout restez confiante

Fanny Bellaray

 

0 commentaire
0

Vous aimerez peut-être...

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Autorisez-vous les cookies? Oui En savoir plus