Accueil » Les conseils » Les conseils » Maux et questions d'allaitement » Comment éviter le manque de lait ?

Comment éviter le manque de lait ?

par Fanny Bellaray
0 commentaire

Bonjour à toutes,

  • Vous allaitez et vous craignez un jour manquer de lait ?
  • Vous avez vécu un premier allaitement qui s’est soldé par une pénurie de lait et vous voulez tout faire pour l’éviter une nouvelle fois ?
  • Vous avez peur que cela mette en péril le projet que vous avez tant idéalisé ?
  • Vous voulez tout simplement savoir comment faire pour favoriser votre lactation ?
  • Vous avez lu mon dernier article intitulé : « Comment savoir si bébé boit assez de lait » et vous avez pu confirmer grâce aux indicateurs objectifs que votre bébé n’avait pas suffisamment de lait à sa disposition ?

Je vous invite si ce n’est pas déjà fait, à lire cet article.  J’y explique comment le sein lactant fonctionne et comment confirmer objectivement une baisse ou un manque de lait. Je précise que si votre bébé perd du poids il est impératif de consulter votre pédiatre, médecin, sage femme, consultante en lactation, PMI de secteur sans tarder.

Dans cet article, je vous offre l’opportunité de répondre aux nombreuses questions que vous et d’autres mères allaitantes vous posez.

Vous êtes prêtes ? C’est parti ?

Ce qui favorise la baisse de lait

Il faut d’abord comprendre ce qui peut favoriser une baisse de lait pour ensuite savoir comment la contrer.

Je vais donc prendre le temps sur cette partie mais c’est PRIMORDIAL de bien comprendre ça pour ensuite savoir comment augmenter et maintenir sa production de lait.

Je vous ai expliqué la dernière fois que vos seins avaient besoin d’être régulièrement et fréquemment stimulés pour pouvoir produire suffisamment de lait. Je vous ai dit également que les mouvements de succion efficace de votre bébé induisaient cette production.

Vous en déduirez une chose :

Tout ce qui empêche ou diminue cette stimulation constitue, de fait,un risque de baisse de production lactée.

Voilà ! Merci, au revoir !

Je plaisante je ne vais pas vous laisser comme ça quand même !

Nous allons tout parcourir ensemble c’est promis !

Une mauvaise prise au sein

Si bébé ne se positionne pas correctement pour téter, il lui sera difficile d’avoir une succion efficace.

Soit parce que sa bouche n’a pas pris correctement le mamelon et qu’il  « tétouille », soit parce qu’il place mal sa langue ou autre…

Il existe plein de configurations possibles. Je vous encourage à lire mon article sur les critères d’une bonne prise au sein. (Lien)

Les compléments

Tout ce que bébé ingère en dehors des tétées va l’inciter à réclamer moins puisqu’il n’aura plus la sensation de faim. On évite donc l’eau, les jus, les compléments de lait infantile car ils espacent les tétées.

De plus, l’introduction de compléments signe souvent le début d’un cercle vicieux. De peur de manquer ou parce que vous avez l’impression que bébé n’est pas rassasié, vous donnez un biberon, votre sein n’est pas stimulé, votre lactation diminue et fatalement vous êtes obligée d’introduire un deuxième complément, puis trois, quatre jusqu’au sevrage complet faute d’une lactation suffisante.

Ce peut être un choix bien sûr, mais il faut savoir ce que cela implique pour faire un choix éclairé.  Certains professionnels mal avertis conseillent encore cette solution sans tenir compte du projet de la maman.

On préfère donc réserver les compléments aux situations de perte ou de stagnation de poids après avis spécialisé. Autrement, le lait maternel est le seul aliment nécessaire à votre bébé et ceci jusqu’à 6 mois. Il évolue et suit la croissance de votre bébé, c’est un produit de grande qualité et très économique. Pourquoi se priver ?

Les tétées chronométrées

Espacer volontairement les tétées pour « régler » votre bébé va à l’encontre de la physiologie de l’allaitement maternel. On ne peut pas appliquer les mêmes règles que pour l’alimentation au lait infantile et imposer des tétées toutes les 3 ou 4 heures.

Pourquoi ?

Parce que le bébé a un rythme de tétées irrégulier. Il peut faire des tétées groupées à certains moments de là journée. Il peut faire une petite tétée une fois, puis la fois suivante une plus grosse… Ou que des petites tétées rapprochées.

Ce qui est certain c’est que sur les 24 heures qui comptent une journée, il se régule tout seul comme un grand. Et il faut lui faire confiance. Votre bébé est compétent ! Plus que vous ne l’imaginez… !

Sucettes, tétines, bouts de sein etc.

L’utilisations de ces objets est déconseillée surtout au début de l’allaitement. Au moins les premiers mois, voire plus selon certains bébés qui font très rapidement la confusion entre le sein et la tétine.

Il faut savoir que la succion au sein est différente. Le placement de la langue, l’avancement du mamelon dans la bouche (pendant la succion, il s’étire jusqu’au palais mou, le plus postérieur !), la force appliquée pour faire couler le lait…

Au biberon, le flux de lait qui arrive dans la bouche du bébé est plus important. Il est plus facile pour un bébé de boire au biberon avec du lait qui coule presque tout seul.

Ces matériels sont à utiliser avec la plus grande vigilance car cela peut faire basculer un allaitement qui fonctionne bien « du côté obscur de la force… « , sans vouloir vous faire peur ! Pour moi, cela a eu peu d’incidence et j’en avait vraiment besoin vu les difficultés rencontrées. Mais il faut le savoir, car avec certains bébés la confusion peut très vite s’installer.

« Mais comment je fais si mon bébé pleure tout le temps, et a besoin de téter ? »

« Et comment je fais si mon bébé a besoin d’aide pour bien prendre le sein ? »

« Ou alors comment je fais si je confie mon bébé à son papa ? Peut il donner le biberon ? »

Ben oui, c’est vrai que chaque enfant est particulier. On ne peut pas toujours tout faire rentrer dans les cases et cela demande un peu de souplesse !

Je ne peux pas avoir un discours fermé et purement informatif tout simplement parce que comme je vous l’ai déjà dit,  je suis professionnelle de la petite enfance mais aussi maman. Et comme me disait ma collègue Mahla ( si un jour tu me lis ;))

« Tu dois faire avec les enfants que tu as,  tu t’adaptes à leur personnalité, à leur spécificité ! « 

Et je peux vous dire qu’elle sait de quoi elle parle ! Quatre enfants dont des jumeaux nés prématurément … c’est devenu la reine de l’adaptation et du lâcher prise ! Mais c’est un mal nécessaire si on veut vivre son rôle de maman dans les meilleures conditions possibles.

À méditer.

Tout ça pour dire que la maman qui est en moi vous dit qu’il y a la théorie et la pratique. Et que moi-même j’ai dû avoir recours à ce genre de matériel. Que ce soit la tétine, le biberon et les bouts de sein en silicone. Voilà c’est dit !

Mais ce qui est HYPER important dans cette histoire, c’est de ne pas faire les choses n’importe comment. D’encadrer les choses, d’en discuter avec les professionnels compétents. Et là je vous renvoie vers mes collègues consultantes en lactation qui ont toutes les connaissances et compétences nécessaires pour vous aider. Je vous encourage à les consulter ou à vous rapprocher des associations d’aides aux mamans allaitantes.

Et le pouce alors ?

Eh eh… On ne  va pas lui couper hein ! Et puis c’est tellement choupinou de les voir prendre le pouce. (N’en déplaise aux dentistes … Désolée les copains !)

Bien sûr que vous n’allez pas l’empêcher de mettre les mains ou le pouce à la bouche. C’est un besoin naturel de régulation chez les bébés. (Ôtez vous aussi l’idée de mettre des moufles… Si, si, je sais que ça vous a traversé l’esprit petites chipies !)

Simplement je vous invite à chercher à décrypter les signes d’éveils de votre enfant et à le faire téter avant le « Ouiiiiinn J’AI FAAAIM !!! »

Le sommeil léger annonce une phase d’éveil proche

  • Yeux qui bougent sous les paupières closes
  • Légers mouvements des membres
  • Petits mouvements de succion
  • Mimiques

Si bébé présente ces signes, il est en sommeil léger et proche de l’éveil calme où il sera susceptible de téter tranquillement si vous lui proposez le sein. Cela demande un peu d’observation mais avec le temps vous serez une pro ! Bon j’avoue parfois vous avez des bébés ON/OFF pour qui la phase de sommeil léger est très courte voire inexistante. Ils dorment et d’un coup sans prévenir c’est la crise !! Ça passe rassurez vous !

Le peau à peau est aussi un excellent moyen pour le bébé de téter facilement et rapidement. À quoi bon le pouce ? Maman est là ! Cela demande beaucoup de disponibilité je vous le concède mais c’est tellement court ces moments là … La lessive attendra 😉

J’en viens à la partie que vous attendez toutes !!! Mais comment faire pour maintenir (et pourquoi pas augmenter) sa lactation ????

Dans un premier temps, et cela paraît assez logique il faut éviter les situations qui favorisent la baisse de lait (décrites plus haut).

La tétée, c’est sacré !

Il faut savoir aussi qu’il est important de ne pas interrompre une tétée en cours. Tout simplement pour permettre au corps d’adapter au mieux la production de lait. Interrompre une tétée c’est interrompre la stimulation de la lactation. (Stimulation = succion efficace du bébé +  vidange du sein). De plus, on prive le bébé du lait gras, calorique et rassasiant, de fin de tétée.

Pour maintenir voire augmenter sa lactation, l’idéal serait de proposer les deux seins à chaque tétée en prenant garde d’attendre que le bébé ait lâché le premier sein pour proposer l’autre. Le sein doit être « vidé » avant d’envisager de proposer l’autre.

Si le bébé est rassasié avec un sein c’est qu’à priori tout va bien. Mais vous pourriez avoir envie de stimuler votre lactation, pour constituer des réserves par exemple.

Il est possible de tirer le lait de l’autre sein pendant la tété… Mais franchement c’est sport ! Ca a l’avantage de vous faire gagner 15 à 20 min et de potentialiser la stimulation, mais vous ne profitez pas vraiment du moment car trop concentrée sur l’aspect matériel des choses. Je trouve que ça peut être stressant même et le stress c’est pas top pour la production de lait.

Aussi, vous pouvez tirer le lait en double pompage juste après la tétée de votre petit trésor, quand vous êtes plus disponible. C’est utile pour stimuler à fond la lactation et pourquoi pas constituer une petite réserve de lait.

Mais je vous avoue que tout ça est fatiguant (temps de tirage, vaisselle du matériel…) donc à ne réserver que pour des situations extrêmes où il faut booster la lactation, autrement la nature fait en général bien son boulot et le simple fait de proposer les deux seins suffit.L’adaptation de la production se fait en général en 48-72h.

Une maman en forme

On ne va pas se mentir…Qui parmi vous se sent en forme ?

Ok, c’est vrai que c’est deux mots côte à côte, vous font rire jaune… (peut être même pleurer!). Comme je vous comprends ! On sait toutes très bien que ces deux mots ne vont pas très bien ensemble. Surtout les premiers mois qui suivent la naissance.

Pourtant, la fatigue et le stress on un impact très fort sur la production de lait et le réflex d’éjection. Cela peut mettre en difficulté une maman et son bébé dans la conduite de l’allaitement.

Alors je suis d’accord ce n’est pas du tout simple parce :

  • On a mille choses à faire dans la maison
  • Bébé ne dort pas beaucoup
  • Papa travaille, et vous êtes seule
  • Le ou les plus grands demandent aussi du temps …

Malgré tout ça il est primordial de remettre les choses à leur place et avec leur vraies valeurs.

Je m’explique :

J’ai un petit exercice pour vous : Classer ces tâches dans l’ordre d’importance et de priorité.

  • Le linge (lessive, repassage..)
  • Le ménage
  • Le repas de ce soir
  • Votre allaitement
  • Les soins de votre bébé
  • Votre santé physique et mentale

Je pense que dans cette liste vous avez compris que certaines choses sont moins urgentes que d’autres, bien qu’elles soient toutes importantes.

Important ne veut pas dire urgent !

Alors parfois ça vaut le coup de se poser, et de se recentrer sur l’essentiel. Certaines choses peuvent attendre ou même être déléguées si vous avez la chance d’être soutenue et aidée par votre entourage. (Conjoint, mère, sœur, amies).

Ne refusez pas l’aide qu’on vous propose par fierté ! Je l’ai fait au début et c’est une erreur. Je vous assure !

Osez demander et n’ayez pas peur de dire que c’est difficile. Parce que ce n’est pas un problème de compétence, c’est le problème de toute maman ! Aucune maman ne peut raisonnablement dire que c’est facile. Toutes sont passées par là.

Prenez l’engagement dès MAINTENANT, de :

  • Vous reposer quand bébé dort, peut importe l’heure de la journée… Tout ce qui est pris est bon à prendre ! Même si vous ne dormez pas. Juste vous reposer.
  • Demander de l’aide dans les tâches qui peuvent être déléguées (et ravaler votre fierté… Je sais c’est dur mais c’est pour vous et votre bébé.)
  • Recentrer la priorité sur votre bébé, ses besoins, et SURTOUT VOTRE SANTÉ physique et mentale. Pour bien s’occuper des autres il faut allez bien soi-même.

Pour résumer :

    • Éviter et limiter ce qui empêche une bonne stimulation et encadrer les situations particulières où leur usage est nécessaire :
      • Compléments
      • Tétées chronométrées
      • Sucettes, tétine de biberon, bouts de sein silicone
    • S’assurer que la prise au sein est optimale et la succion efficace et nutritive.
    • Laisser bébé téter à la demande
    • Priorités et hiérarchiser les besoins (bébé, vous, environnement)
    • Prendre soin de vous, vous faire confiance, demander de l’aide.

Soyez indulgentes envers vous-même. Ce que les gens bienveillants pensent quand ils viennent chez vous c’est que vous avez un bébé trop mignon et que vous êtes une super maman. IL S’EN FICHENT de l’état de votre maison. Et si cela les dérange, il vous proposeront volontiers leur aide …que vous accepterez bien sûr 😉

Et si ils ne sont pas bienveillants… Alors ils n’ont rien à faire chez vous. Je suis peut être un peu brutale, cash… Mais dans les moments difficiles, il faut s’entourer des gens qui nous veulent et nous font du bien. Ne pas se préoccuper de ce que peuvent penser les autres . Sinon, c’est nous qui sommes malheureuses. Et c’est aussi ceux qu’on aime qui le payent.

En attendant, j’espère que cet article vous a aidé à y voir plus clair, et à mieux comprendre les enjeux d’une production de lait optimale ! J’ai un peu laisser déborder le sujet en vous parlant de bien être mais c’est trop important pour ne pas en parler.

D’ailleurs dites moi si ce sujet  là vous intéresse, j’y consacrerai un article … Ou deux !

Je compte sur vous pour commentez, partagez et faire du bien à d’autres mamans allaitantes ou futures mamans.

Et surtout, n’oubliez pas les guerrières,

Soyez confiantes, vous êtes compétentes !

Bonnes tétées à toutes !

Fanny.

0 commentaire
0

Vous aimerez peut-être...

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Autorisez-vous les cookies? Oui En savoir plus

Envie d’allaiter? Ou pas encore sûre?

Prépare sereinement ton futur allaitement en téléchargeant tes premiers outils inclus dans mon programme privé et gratuit.