Accueil » Les conseils » Les conseils » Allaitement maternel: s'informer » Allaiter en public, comment dépasser sa peur?

Allaiter en public, comment dépasser sa peur?

par Fanny Bellaray
0 commentaire

Vous voulez allaiter mais vous hésitez car vous appréhendez de devoir allaiter en présence d’autres personnes. «Allaiter en public » comme on dit, même si c’est loin d’être un spectacle.

-Vous avez peur du regard des autres, du « qu’en dira-t-on » ;
-Vous vous sentez trop pudique pour allaiter en public et vous pensez que c’est un obstacle à votre projet d’allaiter ;
-C’est aussi peut être une inquiétude pour votre conjoint.

Quoi qu’il en soit, c’est une vraie question que beaucoup de mamans et de couples se posent.

Car en effet, allaiter sous-entend qu’à un moment ou un autre, vous aurez besoin de nourrir votre enfant ailleurs qu’à la maison. Et peut être ne serez-vous pas seule à ce moment là.

Que ce soit parce que vous devrez faire une course, aller chez le médecin ou en réunion de famille. Pour le peu que le déplacement soit prolongé, cela semble être inévitable. Là où l’on maîtrise à peu près les visites à domicile, en extérieur c’est un peu moins possible.

Je peux donc comprendre que certaines mamans en viennent à hésiter carrément de choisir l’allaitement maternel pour leur enfant. Et c’est dommage si tous les autres voyants sont au vert pour la maman et le couple.

Quid de l’entourage ?

Dommage, mais malgré tout compréhensible et respectable. Pour moi ce qui est dommage, n’a rien à voir avec l’état d’esprit de la maman… Car je suis sure que l’on peut dépasser la plupart de appréhensions liées à la pudeur.

Non, ce qui est dommage, c’est que l’entourage de la mère ne puisse pas la mettre suffisamment en confiance pour lui permettre d’être à l’aise avec un futur allaitement. Et il peut y avoir plein de raisons : méconnaissance et a priori, inexpérience, manque de communication, différences de représentations et de symboliques autour de l’alimentation et du sein…

Pour l’histoire, c’était le cas pour ma maman au moment de ma naissance. Elle m’avait partagé un jour, qu’elle avait préféré renoncer à l’allaitement maternel par pudeur vis-à-vis du regard de sa famille et de sa belle famille. Moi je pense qu’il n’y avait pas qu’une histoire de pudeur.

Le fait est qu’aucune des mères de la famille n’avaient allaité. Elle n’avait donc pas de point de référence et pas d’occasion d’échanger sur le sujet. En d’autres termes, au-delà de sa pudeur, cet entourage, n’a pas participé je pense, à la mettre à l’aise avec le choix de faire « différemment » quand le biberon était considéré comme la norme.  Je pense que son entourage proche n’a pas participé à ce qu’elle s’autorise ce choix.

Je suis pudique, tu es pudique…Il/elle, tout le monde!

J’ai envie de vous dire … Eh bien tant mieux ! Qui n’est pas pudique (au moins un minimum…)? Pour la plupart, nous sommes tous et toutes pudiques. A des degrés différents, et c’est dans une raisonnable mesure, un comportement normal… J’oserai même dire sain.

Et j’ai une bonne nouvelle pour vous ! Sachez qu’il est tout à fait possible de nourrir son enfant au sein sans avoir à déballer toute la marchandise. Oui, vous pouvez allaiter votre enfant tout en respectant votre pudeur (et celle des autres par la même occasion)

D’ailleurs par rapport à celle des autres justement, voilà ce que je pense :

Un geste naturel avant tout

Je pense que ce n’est pas bien de reprocher à une femme qui allaite son enfant de le faire dans un lieu public. Nourrir son enfant est un geste maternel, naturel. (Bien plus naturel que donner un biberon d’ailleurs mais il faut croire que parfois ça dérange). L’allaitement maternel n’a pas a être sexuellement connoté c’est complètement hors de propos. Ceux qui assimilent l’allaitement maternel, ou le sein nourricier, à une quelconque connotation sexuelle n’ont rien compris et je suis profondément attristée pour eux.

On entend aussi des théories psychologiques…excusez moi mais… « à la con ». Parce qu’avant d’être un objet de désir sexuel, le sein est avant tout un organe qui possède une fonction commune à tous les mammifères : Celle de nourrir le petit de l’espèce. Restons terre à terre et pragmatiques de grâce! La nature est ainsi faite, il n’y a pas de raison de vouloir prêter au fait d’allaiter son enfant quelconque signification psychologique malsaine et ceci même si l’allaitement maternel est prolongé. C’est physiologique de nourrir son enfant.

Il est vrai que dans notre société très portée sur la sexualité, on a tendance à ériger la poitrine de la femme comme un objet de désir, à caractère hautement érotique. De fait, les esprits non avertis voire… étroits, en on oublié sa fonction première.

Aussi, une mère doit pouvoir nourrir son enfant au sein n’importe où sans avoir à se cacher, se justifier, demander la permission, ou recevoir des remarques désagréables et hostiles.

Dans le respect de chacun

Cependant, il y a une façon de le faire en respectant aussi la pudeur d’autrui. A mon sens, une personne qui se trouve dans l’environnement proche d’une maman qui allaite, doit pouvoir avoir le choix de voir ou de ne pas voir. Je pense qu’il ne faut pas non, plus sous joug de la liberté « d’allaiter en public », surexposer sa poitrine pour allaiter. D’abord parce que la personne en face n’a peut être pas envie de voir (est c’est tout aussi respectable que la mère qui souhaite allaiter n’importe où), et ensuite parce qu’il n’est pas nécessaire de « tout déballer » pour allaiter son enfant.

« La liberté s’arrête où celle des autres commence » comme on dit.

Je ne parle pas ici des manifestations organisées telles que les tétées publiques qui ont un pour but de sensibiliser et défendre. Je trouve ça d’ailleurs très bien. Dans le meilleur des mondes, personne ne devrait être gêné par la vue d’un sein, qui plus est, allaitant. Mais le meilleur des monde, ce n’est pas encore pour tout de suite. Les individus ont leur histoire personnelle, leur éducation, leur culture...Il faut composer avec.

Pour ma part, j’ai toujours réussi à allaiter mon bébé quelque soit les circonstances. J’avoue que certaines étaient plus confortables que d’autres mais je n’ai dans l’ensemble pas souffert du regard des autres toute pudique que j’étais.

Au-delà de la pudeur, je ressentais un besoin de tranquillité, d’isolement quand j’allaitais. Surtout au début, quand j’apprenais à m’installer et que tout ne coulait pas de source. Aussi, j’aimais ce moment de calme et de complicité avec mon bébé. De plus mon bébé était vite distrait par les événements extérieurs et avait besoin de calme pour bien téter.

Où allaiter?

Partout où c’est nécessaire et le plus naturellement possible !

Dans un café, une voiture, un banc public, le canapé des amis chez qui vous êtes reçues.

Dans un centre commercial avec un espace aménagé spécialement pour allaiter (le top), une salle d’attente de pédiatre, un restaurant. On trouve toujours un endroit où l’on peut se mettre à l’aise et installer bébé au sein. Il suffit de demander.

Dans l’ensemble, les gens sont plutôt aidants, je trouve. Les commerçants ne trouvent pas bizarre de réchauffer un biberon, ou un petit pot… Pourquoi trouveraient-ils cela plus étrange de permettre à une maman de s’installer quelques minutes pour allaiter son enfant ?

Il existe à ce sujet plusieurs initiatives comme « breastfeeding friendly » en Belgique (en français= ami de l’allaitement maternel) ou encore le site Vanilla Milk, que j’aime beaucoup avec son concept « Allaitement bienvenu ». Celui-ci recense entre autres, des lieux ou commerces qui ont une attitude bienveillante et respectueuse envers l’allaitement maternel et qui proposent aux mamans qui le souhaitent un endroit confortable où allaiter.

Même si certains ont la critique facile (même pour ce qui part d’une belle intention, oui oui !), moi je trouve l’initiative très bien. Je garde bien sur espoir qu’un jour cette mentalité coule de source pour tous les établissements et que ce genre d’initiatives n’aient plus lieu d’être mais d’ici là, on a encore le temps, soyons réalistes ! Alors je souhaite les valoriser plutôt que les critiquer gratuitement.

Mais revenons au commencement:

Au début, je vous encourage pendant votre séjour à la maternité à limiter les visites pour pouvoir perfectionner votre technique tranquillement, sans vous sentir observée. Vous pouvez vous entourer de femmes qui ont allaité et pour qui cela s’est bien passé. Elles seront surement plus aidantes que ceux qui n’y connaissent rien ou qui n’auront que des remarques septiques à faire et mettront à mal votre confiance en vous et en bébé.

Créez un environnement où vous êtes à l’aise sans craindre le jugement des autres. La plupart comprennent. Et les autres… se taisent!

Raison de plus pour s’en foutre et faire ce que vous avez à faire!

Rien ne vous oblige à subir les visites. Vous pouvez aussi tout naturellement demander qu’on vous laisse un moment seule avec bébé le temps de le nourrir. Les gens comprennent, vraiment! Si c’est difficile, faites entrer papa en piste ou le personnel soignant. Un petit signe entendu, un petit clin d’œil et le tour est joué.

Un environnement positif et bienveillant

Plus tard, lorsque j’étais à table chez des amis, ou pendant un repas de famille, je n’avais qu’à m’éclipser ou me tourner d’un quart sur ma chaise pour nous créer notre petite bulle de calme. Au début, je préférais m’isoler un peu plus, pas pour me cacher mais pour nous offrir cette bulle de calme… Je ne maîtrisais pas bien ma technique, bébé non plus. Cela demandait plus de concentration.

Je n’ai jamais eu aucune remarque. Celui ou celle qui voulait pouvait venir me voir pour me parler, mais en général les gens respectaient ce moment et nous laissaient tranquilles. D’autres venaient pour parler de l’allaitement, du bébé ou de tout autre chose. C’était naturel. Les gens s’habituent.

Je me souviens des paroles d’une femme de mon entourage proche, qui avait allaité sa fille. Elle s’est approché de nous, à regardé mon bébé téter avec tendresse (nostalgie peut-être) pour enfin dire :

« Il est au meilleur endroit du monde, que c’est beau de voir un enfant au sein de sa maman ».

Ce genre de mots, sont des boosters ! Et dans ces moments là, vous êtes à votre place, vous faites ce que vous avez à faire, vous êtes valorisée pour ce que vous faites, et la pudeur du départ est loin… très loin, tant le bonheur et la satisfaction sont grands!

La plupart du temps, les gens sont attendris, parfois curieux (dans le bon sens), mais rarement (jamais pour ma part) indélicats, voyeurs ou hostiles. Et ceux là, pardon mais, qui qu’ils soient, n’ont rien à faire dans votre entourage.

Enfin, j’ai le sentiment que plus vous nourrissez naturellement votre enfant, moins les gens réagissent. Parfois personne n’a remarqué la différence entre le câlin que vous faite à votre bébé et la tétée qu’il a commencé dans la même position, sa tête cachant la quasi-totalité de votre poitrine. Pour le peu que vous ayez les vêtements adaptés, franchement on s’y tromperait. En parlant de vêtements, c’est promis, j’en parlerai au prochain article!

Et vous, après lecture de cet article qu’en pensez-vous ?

Dites moi si vous avez eu cette crainte avant de débuter l’allaitement et comment vous l’avez dépassée ? Quelles ont été vos astuces ?

Partagez en commentaire de cet article pour aider d’autres mamans à dépasser leurs craintes.

Dites moi si j’ai pu participer positivement à votre choix d’allaiter (ou de ne pas allaiter, après tout, c’est votre droit !)

Je vous souhaite un bel allaitement quel qu’il soit !
Avec toute ma bienveillance

Fanny

Pour aller plus loin...

Préparez sereinement votre futur allaitement maternel grâce à mon guide gratuit

Et recevez « Lait’ssentiElle », ma lettre d’information privée réservée à mes abonnées.

Pour en savoir plus, cliquez sur le bouton ci-dessous et venez me rejoindre!

0 commentaire
0

Vous aimerez peut-être...

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Autorisez-vous les cookies? Oui En savoir plus