Accueil » Les conseils » Les conseils » Travailler et allaiter » Allaitement et travail: Comment choisir son mode de garde pour être sereine dès la reprise?

Allaitement et travail: Comment choisir son mode de garde pour être sereine dès la reprise?

par Fanny Bellaray
0 commentaire

Salut les maman et futures mamans,

J’ai parlé à plusieurs reprises de la reprise du travail lorsqu’on allaite.

Vous allaitez ou voulez allaiter et vous vous demandez comment reprendre sereinement votre travail tout en allaitant.

Mais déjà est-il possible de travailler et de maintenir un allaitement ?Même si cela nécessite une petite organisation, c’est  possible.

D’autres articles sont à consulter si vous commencez vos recherches sur le sujet. Ils sont tous consultables dans la rubrique : « Travailler et allaiter » du site.  Allez y jeter un œil  après!

Mais avant de vous partager ma liste de questions INFAILLIBLES pour savoir si vous avez trouvé la perle rare, je souhaite vous parler du choix du mode de garde en général.

Votre bébé sera peut être gardé par une personne de la famille  (un grand parent, une tante…). C’est une option qui peut grandement faciliter les choses, mais peut-être devrez-vous choisir entre la crèche et une assistante maternel. (Si on peut parler de choix, car les places en crèche sont souvent limitées et il faut s’y prendre longtemps à l’avance !)

BON A SAVOIR : Crèche ou nounou ?

Chaque mode de garde a ses avantages et ses inconvénients.
Ancienne responsable de crèche, je suis bien placée pour vous donner mon avis.

La réponse dépend de ce que vous aurez à proximité directe de chez vous ou de votre travail mais aussi bien souvent de votre enfant, de son âge, de sa personnalité (si, si, votre bébé a déjà une personnalité et des besoins uniques).

Cela dépendra aussi de votre feeling, des personnes que vous rencontrerez et qui encadreront votre enfant.

Beaucoup vantent les mérites de la crèche, pour la structure, le cadre qu’elle offre. De nombreux parents recherchent pour leur enfant une immersion précoce dans la vie en collectivité.

Mais la collectivité :

  • N’a pas toujours que du bon et ne convient pas à tous les enfants. Surtout lorsqu’ils sont petits.
  • Se retrouve aussi dans une certaine mesure chez les assistantes maternelles qui gardent plusieurs enfants. La collectivité à petite échelle peut être une bonne première expérience pour certains enfants.

D’autres parents évoquent souvent la formation du personnel qui travaille en crèche. C’est vrai. Mais il faut savoir que cela dépend des crèches et de la taille de la structure.

Selon la taille de la structure, la réglementation en matière de formation du personnel encadrant n’est pas la même. Les micro-crèches bénéficient par exemple d’une réglementation plus souple en matière de quota de professionnels formés, de types de diplômes et d’expérience.

D’autre part, les assistantes maternelles ont également une formation obligatoire de 120h (en France) dont un module qui forme aux des gestes d’urgence. Ce module doit d’ailleurs être réactualisé à échéance régulière.

En ce qui concerne les activités éducatives, une assistance maternelle hyper investie vaut un professionnel de crèche. Comme je dis souvent, on trouve de tout, partout. Des personnes formées et peu investies, des personnes formées et investies ; Des personnes non formées hyper investies et qui se forment seules, d’autres qui ne le sont pas ou peu.

Il se dit souvent que la crèche doit s’adapter à l’enfant. Si tout était toujours parfait, ce serait effectivement le cas. La vérité c’est que c’est souvent l’enfant qui doit s’adapter à la crèche, au rythme, etc. Ne parle t’on pas de période « d’adaptation » au début de l’accueil ? Qui s’adapte à qui et à quoi ? C’est facile pour certains, un peu plus difficile pour d’autres. Certains sont prêts, d’autres ont besoin de plus de temps. c’est comme ça.

Qui dit collectivité, dit partage des l’espace, des jeux et … des microbes.

Même si il est communément dit que : « c’est bien, les enfants font leur immunité », il faut bien dire qu’en tant que parent ça saoule d’avoir un bébé /enfant malade tous les quinze jours. Et si l’enfant a déjà un terrain fragile, je peux vous dire d’expérience que ça saoule encore plus.

En terme de souplesse et d’adaptabilité, avoir recours à une assistante maternelle (si celle-ci est arrangeante ) vous affranchit de certaines contraintes imposées par les structures d’accueil pour jeunes enfants. Je pense par exemple au fait que vous ne puissiez parfois pas apporter vos repas faits-maison (sauf si l’enfant bénéficie d’un protocole d’accueil individualisé validé par un médecin).

Il en va de même parfois pour l’allaitement maternel. Certaines crèches acceptent de donner les laits maternel mais sous certaines conditions qui sont extrêmement contraignantes et décourageantes.

Là encore, vous trouverez de tout, partout.

Mon conseil: Faire des recherches pour une crèche ET pour une nounou. Cela vous permettra de comparer. On ne peut comparer que ce que l’on connaît. Vous vous dirigerez naturellement là où vous aurez un meilleur « feeling ».

Ecoutez votre instinct premier. C’est souvent le bon.

Comment orienter ses recherches de mode de garde…

… Pour que la poursuite de l’allaitement maternel au-delà de la reprise du travail ne soit pas un souci supplémentaire ?

En faisant des recherches EFFICACES.

Rencontrez les professionnels (crèches et assistantes maternelles) et posez les bonnes questions.

Ne retenez ensuite que les solutions et personnes qui vous permettent d’être complètement sereine.

Pour vous aider, voici quelques questions qu’il conviendra de poser. Ces questions s’ajoutent bien sûr à toutes les autres questions qu’il faudra poser concernant les autres thématiques qui vous inquiètent :

 

1°- Acceptez-vous de donner du lait maternel? (la base!)

Vous pouvez au passage, rappeler les recommandations de l’OMS en matière d’alimentation : Allaitement maternel exclusif les six premiers mois de vie, puis jusqu’à deux ans et au delà en introduisant progressivement une alimentation solide et diversifiée.

 

2°- Comment réchauffez-vous le lait maternel qui vous est confié?

Le lait maternel doit être réchauffé avec soin, sous un filet d’eau tiède ou un bain marie à 37° surveillé pour un chauffage doux qui n’altère pas les élément qui le composent. Le micro onde est à proscrire absolument.

 

3°- Acceptez vous de donner le lait maternel à la demande ?

Le lait maternel se digérant plus rapidement, la personne qui garde votre enfant doit pouvoir accepter de se détacher des schémas horaires classiques. Elle devra donner le lait à la demande de votre enfant comme si il était au sein. Si votre enfant réclame au bout de 45 min, acceptera t’elle de redonner un boire ? Cela demande une certaine souplesse et une certaine ouverture d’esprit.

 

3°bis- Acceptez-vous de faire patienter mon bébé avec une petite quantité de lait, si mon retour est imminent ? Et me permettez-vous de donnez une tétée chez vous dès mon retour ?

Cette organisation peut vous permettre de limiter le nombre de tétées manquées, d’éviter un engorgement si vous avez tiré votre lait plusieurs heures avant, et en définitive, de limiter l’impact de votre absence sur votre production de lait. Certaines ass’mat ou crèches n’ont pas d’endroit ou ne vous permettent pas de le faire. C’est donc une question pertinente à poser lors de vos investigations.

 

4°- Acceptez vous d’utiliser des contenants autres qu’un biberon? (Gobelet, soft cup, biberon cuillère, DAL au doigt…)

Un risque de confusion sein/ biberon est présent. Il est préférable pour l’éviter de donner le lait dans un autre contenant et ainsi préserver un allaitement qui fonctionne bien.

Il existe de nombreuses alternatives qui ne demandent pas plus de temps ou d’énergie à la personne qui gardera votre enfant. A vous de choisir celui qui vous convient le mieux et convient le mieux à votre bébé.

Le biberon reste possible moyennant l’utilisation d’une tétine longue, souple et a débit très très lent. Il est impératif que le bébé soit le plus actif possible durant son repas. Le lait ne doit pas couler trop vite, ni trop facilement pour  minimiser le risque de confusion. Gardez bien en tête que même si le risque est minimisé, il reste bien présent. A vous de faire votre choix en toute connaissance de cause, en fonction de vos besoins et de votre situation personnelle.  

 

5°- Concernant la conservation de votre lait :

a) Si du lait frais (fraîchement tiré) n’a pas été terminé, êtes vous d’accord pour le redonner au prochain repas ou acceptez vous de le conserver au frais et de me le restituer le soir ?

b) Savez vous que le lait peut être congelé puis décongelé? L’´acceptez vous?

c) Acceptez-vous de conserver quelques sachets de lait congelé chez vous au cas où vous manqueriez de lait ?

La personne ne sait peut être pas que le lait maternel est un produit biologique très stable.

Veillez à l’informer si nécessaire des modes et temps de conservation. Des recommandations existent, vous pouvez facilement les consulter en cliquant ICI

De même, l’aspect du lait maternel peut surprendre. Il conviendra d’expliquer à la personne qui gardera votre enfant que l’aspect de votre lait peut changer sans pour autant en altérer la qualité (couleur, odeur, aspect, comme la séparation des phases grasses et aqueuses …).

Adaptez votre discours selon votre propre situation et de rassurer la ou les personnes.

Un mémo à l’attention de la personne qui gardera votre enfant est disponible sur ce lien que j’ai trouvé sur le site de la Leche League.  Il est téléchargeable en bas de la page au format PDF. Pour y accéder cliquer ici

Cette liste de question n’est bien évidemment pas exhaustive et peut être complétée selon votre situation personnelle.

Je me suis concentrée sur la question de l’allaitement maternel mais elle peut (doit !) être enrichie d’autres questions et d’autres thématiques (sommeil, éducation, alimentation, sorties…).

J’espère grâce à cet article vous avoir aidé à y voir plus clair dans l’organisation de cette reprise qui, je sais, vous tracasse tant.

Rejoins le groupe Facebook: Allaitement Serein !

Echange avec d’autres parents sur l’allaitement maternel.

Pose tes questions, j’y réponds personnellement

Je vous souhaite de belles rencontres avec la ou les personnes qui garderont votre petit en votre absence.

Je souhaite de tout cœur que vous trouviez toutes un ou des partenaires de qualité qui prendront soin de votre bébé, de vous et de votre allaitement.

A très bientôt

Fanny

Partage ton expérience!

Si tu as trouvé la perle rare ? Dis-nous comment ça s’est passé pour toi ?

Quelles questions tu as posées au départ ?

Partage avec la communauté comment s’est passé ton allaitement maternel après la reprise du travail !

Pas encore inscrite à ma lettre privée « Lait’ssentiElle »?

Reçois chaque semaine par e-mail des nouvelles et des conseils VIP, réservés seulement à mes plus fidèles abonnées.

    0 commentaire
    0

    Vous aimerez peut-être...

    Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Autorisez-vous les cookies? Oui En savoir plus

    × Une question ?