Accueil » Les conseils » Les conseils » Maux et questions d'allaitement » Quand mon bébé va-t-il faire ses nuits?

Quand mon bébé va-t-il faire ses nuits?

par Fanny Bellaray
0 commentaire

Votre bébé ne fait pas ses nuits, vous êtes fatiguée et vous aimeriez savoir QUAND votre enfant fera ENFIN un long dodo… Et surtout QUAND vous allez pourvoir récupérer !

C’est LA question que toutes les mamans se posent :

Y-a-t-il un âge pour faire ses nuits ?
Est-ce le sort réservé uniquement aux parents d’enfants allaités ?
Un enfant qui boit des biberons de lait infantiles fait-il plus vite ses nuits ?
 Jusqu’à quand c’est normal de se réveiller la nuit ?
– Et d’ailleurs, c’est quoi « faire ses nuits » ?

Ce qui est sur, c’est que dans 10 ans, c’est vous qui le tirerez difficilement du lit quand il faudra aller à l’école !

Mais comme j’imagine que ma réponse n’est pas la plus réconfortante du monde, je vous propose de lire la suite attentivement pour espérer trouver votre bonheur (et votre sommeil par la même occasion 😉 )

femme fatiguee qui verse son café à coté de la tasse

C’est quoi faire ses nuits ?

« Faire ses nuits » est une expression qui a plusieurs significations et je vous explique pourquoi. En fait, cela veut dire dormir suffisamment pour laisser ses parents se reposer… Vous me prenez pour une folle là pas vrai ? Tant mieux c’est ce que je voulais.

Pourquoi je traite ça avec légèreté alors que vous, vous êtes inquiète au sujet des nuits de votre enfant et certainement fatiguée de tout ça ?

Et bien j’aimerais avant de vous donner des pistes d’amélioration vous faire prendre du recul sur tout ça.

 

Avant tout, quelque chose de subjectif

Je vais vous décevoir… il n’existe pas de règle particulière qui dit que la nuit d’un bébé commence à 20h et se termine à 8h. Ce serait trop beau me direz vous !

Ce qui est bien connu, c’est qu’un nouveau né dort en moyenne 16 à 20h sur 24h. (Je n’ai pas dit la nuit…)

16h à 20h…. La fourchette est LAARGE ! Et autant vous dire que le mien, n’a jamais dépassé 14 heures de sommeil. C’est donc bien une moyenne. Les besoins de chaque bébé sont différents.

Cela va dépendre de la quantité de lait qu’il est capable de prendre en une tétée et donc du nombre de tétées qu’il va faire sur la journée.

Aussi, selon les bébés il y aura un besoin plus ou moins grand de réassurance le soir et la nuit, ce qui multiplie les demandes et hachure considérablement les nuits de la maman qui l’allaite.

L’injustice est d’ailleurs partout car selon les parents, le manque de sommeil sera plus ou moins difficile à supporter. La capacité à récupérer en journée jouera aussi sur le ressenti global. Tout le monde, adulte comme enfant est concerné par cette injustice face au sommeil.

 

Quand l’entourage s’en mêle

Enfin, il y a autre chose qui joue sur votre ressenti :

Ce sont les pressions insidieuses exercées par toute une société, et toute notre culture occidentale. Aussi, la reprise du travail précoce liée au congé maternité (trop court) n’arrange pas beaucoup la donne.

Honnêtement, vous l’avez eu combien de fois cette question :

-« Aloooors ? Il fait ses nuits ? »
-« Euh… non pas vraiment, mais tu sais, il est encore petit, là alors… »
-« Mais tu sais, MOI, le MIEN faisait ses nuits à 15 jours ! »

Vous voyez bien là ? Ça y est, je vous énerve un peu ? Allez j’en rajoute une couche:

-« Ah oui mais c’est vrai, tu allaites ! Ma pauvre… Passe le au biberon ça ira mieux ! Comment tu vas faire sinon quand tu reprendras le travail ? »

Elle est cadeau celle là 😉

En fait, notre société donne de la valeur au fait qu’un bébé fasse ses nuits et laisse ses parents dormir. S’il ne réveille pas ses parents la nuit c’est le bébé idéal et si c’est l’inverse… On plaint ses parents, sa mère qui allaite, quand on ne lui reproche pas d’être dépendant et capricieux.

Il faudrait que le bébé soit déjà calé sur le rythme de l’adulte pour que sa présence n’interfère pas trop avec le rôle et la place de son parent dans la société. Sans quoi, on le tiendrait presque responsable de mettre ses parents en marge d’une société bien organisée et réglée comme du papier à musique.

 

Ne pas dormir 8 ou 12h d’affilées, c’est physiologique !

Vouloir qu’un nouveau né « fasse ses nuits », c’est oublier ce qu’est un bébé.

Le sommeil du tout petit est réglé de telle sorte qu’il n’est pas fixé sur un rythme jour/nuit comme l’adulte. Si c’était le cas ce serait même préoccupant.

Le nouveau-né allaité tète d’ailleurs beaucoup plus souvent entre 14h et 2h du matin, qu’entre 2h et 14h. Par conséquent, rien de surprenant que bébé tète beaucoup le soir et la nuit. C’est physiologique. Et cela peut durer plus ou moins longtemps selon les enfants.

Des questions, toujours des questions…

 

Jusqu’à quand c’est normal de se réveiller la nuit ?

Certains pédiatres s’accordent sur le cap des 5,5 à 6 kg. A ce stade, le bébé serait physiologiquement capable de supporter une plus longue période de jeun.

Pour ma part… rien n’a bougé à 5kg, ni même à 8 kg !

Désespérée par l’inexactitude de cette annonce, j’ai d’abord cherché à comprendre pourquoi rien de changeait. Je me suis remise en question, me demandant si cela ne venait pas de moi, de mon attitude, de mon état d’esprit, de ma communication non verbale avec mon bébé.

Bref, grosse introspection … Inutile, vraiment, je vous jure.

Vous savez ce qui m’a sauvée ? Le LÂCHER PRISE.

Un jour, je me suis dit que je dépensais trop d’énergie à essayer de comprendre et que ça gâchait une bonne partie de ces instants magiques avec mon bébé et son papa.

Et puis je me suis dit :

« Après tout, pourquoi mon bébé ne pourrait pas se réveiller la nuit ? Pourquoi ne pourrait-il pas boire, avoir besoin de réconfort… ? Y-a-t-il une règle, ou une loi contre ça ? »

Je suis allée plus loin en pensant :

« Et moi, qui suis adulte, est-ce que je fais mes nuits ? (Si, si, je vous jure je suis allée très loin !)
Ne m’arrive t-il pas d’avoir soif, de me lever pour faire pipi, ou de faire un mauvais rêve sans parvenir à me rendormir de suite ? »

« Comment pourrai-je imposer à mon bébé, ce que moi adulte je suis incapable de faire ? Est-ce raisonnable et surtout bienveillant? »

A partir de ce jour, j’ai pris les choses avec plus de philosophie, de tolérance et de légèreté. Aux personnes qui me demandaient si mon fils faisait ses nuits, je répondais :

« Comme un bébé de X mois »

Ce qui veut tout et rien dire en fait ! Mais la plupart du temps ça évitait les discours moralisateurs et culpabilisants.

Je peux vous assurer que : Non, mon bébé n’a pas magiquement fait ses nuits, mais moi, j’ai beaucoup mieux dormi et mon humeur s’est transformée.

Mon pirate n’a commencé à dormir sans réveil la nuit qu’à 12 mois. Il a 22 mois, n’est plus allaité, mais encore aujourd’hui il y a des ratés… Et alors ?

Car, au delà du besoin nutritionnel, il y a aussi le besoin affectif et la sécurité qu’apporte la présence du parent la nuit. Et je suis fière de lui apporter cela aussi longtemps qu’il en aura besoin.

 

Et si c’était à cause de l’allaitement ?

Vous l’avez compris, faire ses nuits n’a rien à voir avec le fait qu’un bébé soit nourrit au lait maternel ou au lait infantile.

Je passe les détails de la préparation d’un biberon de lait infantile, la tête dans le cirage, les yeux pas en face des trous, le lait trop chaud sous le robinet … et l’insomnie derrière.

Il y a même des bébés qui dorment moins bien après l’introduction du lait infantile car la digestion est différente.

Ces mêmes bébés ont beau avoir le ventre plein de lait, ils n’ont pas moins besoin d’être rassurés par un parent patient et aimant.

Il n’y a donc pas de solution miracle pour que bébé fasse des nuits moins discontinues. Juste des petits aménagements pour que la nuit se passe mieux pour tout le monde.

« Même pas un petit sirop ? » … Allez, avouez que vous y avez pensé. On ne fait surtout pas ça hein !

Je fais de l’humour mais, VOUS OUBLIEZ TOUT DE SUITE, C’EST TRÈS DANGEREUX ! Laissez plutôt votre bébé à quelqu’un de plus reposé, offrez vous une sieste pour récupérer (sans culpabiliser) et lisez plutôt la suite, c’est mieux ! 😉

bebe dort

Petits trucs de maman allaitante pour nuits sereines

De quoi a besoin votre bébé ?

  • Manger
  • Etre rassuré
  • Etre installé sans danger

De quoi avez-vous besoin ?

DORMIR ! Oui je sais … en tout cas, vous réveiller le moins possible, ça tombe bien vous allaitez…!

HEIN !? (Comme on dit chez moi…)
J’y viens, j’y viens…

 

Concrètement on fait quoi ?

Favorisez une certaine proximité. Pour cela, le partage de la chambre est idéal. Cela vous permet d’être suffisamment proche de votre bébé pour répondre rapidement à ses besoins, mais aussi suffisamment proche pour ne pas vous réveiller trop fort en le rejoignant etc.

Ma formation et mon expérience de puéricultrice m’oblige à vous parler du risque de mort inattendue du nourrisson lié notamment aux accidents de literie.

Je ne porterai jamais de jugement envers les parents qui pratiquent le cododo dans le lit parental. Mais mon éthique m’empêche d’en faire l’éloge. Je me dois aussi de vous déconseiller cette pratique. Pour en savoir plus sur les risques de cette pratique, un lien est disponible en fin d’article.

En tant que maman, j’aurai peut être un jour recours à cela mais cela engage la responsabilité de chaque parent. Et chaque parent doit être clairement informé des avantages comme des risques qu’il encoure.  Ce sujet fait trop appel à mon vécu et à mon éthique professionnelle. C’est pour cela que je ne suis pas à l’aise pour en parler.

Cependant, comme je n’aime pas les avis tranchés, vous le savez, j’ai plutôt envie de vous parler de cododo sécuritaire. C’est pour moi le compromis le plus satisfaisant pour allier sécurité et proximité.

 

Qu’est-ce que le « cododo sécuritaire? Comment le mettre en place ?

C’est tout simplement le fait de partager la même chambre mais pas le même lit. On peut alors avoir un lit de bébé classique que l’on rapproche du lit parental. Cela permet d’allaiter ou réconforter son bébé dès qu’il en a besoin et de le reposer dans son lit facilement avant de se rendormir.

D’autres parents aiment utiliser les side-beds, ou lit co-sleeper. Il faut néanmoins s’assurer que le bébé ne puisse pas glisser vers le lit parental, et que le dispositif est bien fixé au lit parental sans risque que les deux parties s’éloignent et que le bébé ne chute.

Dans tous les cas vérifiez bien que:

– le matelas est ferme et plat, aux mêmes dimensions que le lit
– Le bébé est installé sur le dos
– les oreillers, couettes, peluches, tous de lit, boudins, cale bébé sont tous retirés du lit.
– Seul un drap très léger est toléré. Le mieux, si vous craignez que bébé ait froid, c’est d’utiliser une combinaison de nuit, turbulette, gigoteuse.
– La pièce n’excède pas 20°, l’air est sain (pas de tabac par ex.)

 

Des positions d’allaitement propices au repos.

Pour allaiter la nuit, les principales positions pour faciliter le repos sont la BN et la position allongée.

biscuits au chocolat

Non pas le gâteau au chocolat de votre enfance. BN, pour Biological Nurtering.

position biological nutering

Pour allaiter allongée sur le côté, plusieurs variantes existent.

Voici quelques exemples :

maman allaite bebe allongee
différentes positions d allaitement

 

L’allaitement maternel, le cododo sécuritaire et autres moyens utiles pour favoriser une meilleure récupération.

En effet les hormones sécrétées par la mère lorsqu’elle allaite facilitent l’endormissement lorsque la mère nourrit son enfant la nuit par exemple.

Elles facilitent aussi le sommeil car elles diminuent le stress chez la mère qui dans la plupart des cas est rassurée lorsqu’elle est près de son enfant.

L’enfant à proximité voit aussi son stress diminuer car la mère peut répondre plus facilement et plus rapidement à ses besoins (réconfort, alimentation…)

 

Ce que nous avions fait avec bébé

Nous avions installé un lit classique à côté de notre lit et mon garçon y est resté jusqu’à huit mois. J’avais besoin de l’entendre respirer, grogner, j’aurais été incapable de le mettre dans sa chambre.

Aussi c’était plus pratique pour le réconforter ou le bercer. J’avais même installé des roulettes aux pieds du lit pour pouvoir le bercer depuis mon lit.( Mac Giver sort de ce corps !!)

Mc giver image

Malheureusement pour nous, mon fils était bien incapable de téter allongé (la faute à sa malformation ORL). Il avait beau téter, il n’avalait rien puisque le lait sortait par son nez au lieu de rester en bouche.

J’aurais tant aimé l’allaiter allongée. Pas de chance pour nous, nous avons du faire autrement. La BN c’était pas mal, mais j’avais du mal à être bien installée. Donc une fois sur deux, ça se terminait assise au bord du lit. Mais ça nous convenait bien.

Il faut savoir que l’allaitement la nuit c’est quand même un apprentissage, on s’améliore à force de faire. Ne vous découragez pas si tout ne roule pas parfaitement au début. Ça viendra 😉 Et puis, ce qui ne m’a pas convenue vous conviendra peut être.

 

Ne pas négliger les siestes

Supporter les nuits hachées, tient aussi beaucoup de votre capacité à récupérer la journée.

Si vous avez la chance d’avoir un bébé qui dort bien la journée (pas comme moi qui avait 45 min de répits par jour… Une heure, c’était Noël), pourquoi ne pas faire, vous aussi, une petite sieste. Ou au moins vous poser si vous n’arrivez pas à dormir le jour…

Comme je le dis toujours, ça doit passer en priorité. Donc avant les lessives, le ménage, la vaisselle et j’en passe… Faites vous aider pour tout ça. Il y a bien une copine, sœur, mère, tante sympa pour vous épauler de temps en temps …
Et surtout, il y a le papa. Un bébé, ça se fait à deux ! Le quotidien s’assume à deux aussi surtout dans ce moment si bouleversant pour un foyer.

 

En résumé

Il est primordial d’avoir en tête qu’il n’existe pas de recette miracle pour qu’un bébé « fasse ses nuits ».

Il faut surtout être conscient de la physiologie de sommeil du bébé et prendre du recul par rapport aux impératifs sociétaux.

Le fait que votre bébé se réveille la nuit, au fond, cela gène qui?  Vous et Papa ? Ou votre entourage ?

Tachez de bien identifier la teneur réelle du problème et de prendre un peu de hauteur sur la situation (quand c’est possible).

Ce qui est certain, c’est que l’arrêt de l’allaitement maternel n’est en aucun cas la garantie que les nuits s’améliorent, bien au contraire !

Je vous ai parlé de quelques pistes pour vous aider à passer ce cap pas toujours agréable des nuits entrecoupées, ou tout du moins de porter un regard différent sur votre problématique.

Si vous ne pouvez pas passer le relai puisque c’est vous qui allaitez, veillez au moins à passer le relai pour le reste si on vous offre cette chance. Ne refusez pas l’aide qu’on vous propose et surtout osez en demander. On a toutes besoin de soutien à un moment ou un autre pour mieux récupérer et retrouver plaisir à être maman le jour comme la nuit. 

Peut-être avez-vous d’autres pistes à partager ?

Ecrivez-les en commentaire pour en faire profiter d’autres mamans !

Je rappelle que le groupe FACEBOOK Allaitement Serein est aussi là pour échanger entre mamans et poser vos questions.

Inscrivez-vous aussi à la NEWSLETTER pour ne rien manquer de mes meilleurs conseils en matière d’allaitement maternel, et recevoir VOTRE GUIDE pour réussir l’allaitement qui vous ressemble.

Bref, venez nous rejoindre ! 

En attendant, je vous souhaite moins de ménage, plus de câlins, de belles siestes et surtout de belles nuits avec vos merveilles.❤

Fanny 😘

 

Lien utiles pour aller plus loin :

 

Les nuits du bébé allaité et de ses parents, article de la leache league: https://www.lllfrance.org/1659-aa-93-les-nuits-du-bebe-allaite

 

Le cododo, Naître et grandir: https://naitreetgrandir.com/fr/etape/0_12_mois/soins/fiche.aspx?doc=cododo-partage-lit

 

Leache League, recommandation sur le sommeil partagé, information sur le risque de MIN: https://www.lllfrance.org/1023-6-recommandation-sur-le-sommeil-partage-et-lallaitement

0 commentaire
0

Vous aimerez peut-être...

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Autorisez-vous les cookies? Oui En savoir plus