Accueil » Les conseils » Les conseils » Travailler et allaiter » Tirer son lait: Un art à portée de main (partie 1)

Tirer son lait: Un art à portée de main (partie 1)

par Fanny Bellaray
0 commentaire

Partie 1:

Tirer son lait, l’essentiel !

Hello jolie Maman et joli Papa,

Ce mois-ci, j’ai eu envie de consacrer une série d‘articles aux différents moyens de tirer son lait.

Impressionnant pour certaines, rebutant pour d’autres, le fait de tirer son lait s’avère pourtant être une solution bien pratique dans bien des situations.

Qu’il s’agisse de quelque chose d’occasionnel ou de plus régulier, cela ne concerne pas que les mères qui reprennent le travail ! Loin de là ! Si vous allaitez ou avez un projet d’allaitement cet article vous sera d’une aide précieuse pour vous sortir d’éventuelles difficultés.

Pourquoi ? Comment ? Quel matériel ? Etc.

Je vous explique tout sur l’art de tirer son lait. C’est parti !

Pourquoi tirer son lait?

Pourquoi tirer son lait ?

Les raisons sont multiples et peuvent concerner toute la durée de l’allaitement quelque soit sa durée.

  • Mise en route lactation lorsque le bébé ne peut pas téter.(prématurité, maladie…)

 

  • Soulager un engorgement récalcitrant (Je rappelle qu’en première intention c’est bébé qui fait le boulot en tétant, puis l’expression manuelle … Le tire lait arrive en seconde intention)

 

  • Maintenir votre lactation en cas d’éloignement géographique (déplacement, travail) ou de soins incompatibles avec l’allaitement (rarissime, il existe souvent des alternatives.

 

  • Intensifier votre production insuffisante ou faire des réserves de lait en prévision d’une reprise de travail ou d’une absence.

 

  • Donner son lait autrement qu’au sein. Ce peut être aussi le projet de certaines mères qui n’aiment pas le contact du bébé au sein mais souhaitent quand même donner leur lait.

 

Comme vous pouvez le voir, il existe une multitude d’occasions d’avoir à tirer son lait. J’en oublie sûrement ! Car chacune à ses raisons finalement ! Pour autant ce n’est pas un passage obligé, et vous pouvez aussi très bien ne jamais en avoir besoin.

Personnellement, dans mon histoire d’allaitement, le tire-lait à été un partenaire de tous les instants, du début à la fin. J’aurais aimé que ce soit différent mais l’histoire et ainsi faite. Aussi, j’avoue que je lui dois beaucoup à cet engin, en dépit de l’énergie et du temps qu’il m’a demandé.

Car il faut bien avouer que cela nécessite du temps supplémentaire (compter 20 min par session de tirage) et aussi un peu de vaisselle. Mais à mon sens, le jeu en vaut la chandelle. Et quelle satisfaction de se dire que : «Quelque soit la situation, mon bébé boit MON lait, la meilleure chose que je puisse lui donner. ».

C’est bien sûr mon sentiment personnel que je vous livre, car donner mon lait était très important pour moi. Je ne porte aucun jugement sur le vécu et les sentiments d’autres mamans. Il y a tellement de facteurs qui entrent en jeux. Comme je dis toujours, il faut être en harmonie avec ses convictions, son corps et surtout avec ses envies profondes. Dans ces conditions seulement vous pouvez donner le meilleur à votre bébé.

Comment tirer son lait?

Il existe deux façon de tirer son lait. L’une est incontournable et l’autre complémentaire.

1) L’expression manuelle :

C’est une technique qui permet de faire sortir le lait à l’aide des mains comme son nom l’indique. Toute future maman ou maman allaitante dois connaître la technique. C’est pour moi la base ! On parle d’ « expression » car on exprime le lait. Exprimer dans le sens de « le faire sortir ».

L’expression manuelle consiste par l’action des mains et des doigts à drainer doucement les canaux lactifères emplis de lait. Elle sert aussi à stimuler la production de lait en mimant la succion du bébé ce qui déclenche une chaîne de stimuli nerveux et hormonaux. Cette chaîne de signaux stimule et entretien la lactation.

Pour la technique, je vais vous l’expliquer par écrit, mais le mieux c’est encore de le voir. Je vous mets plus bas les liens des vidéos que j’ai trouvé :

  • Massez doucement les seins. Vous pouvez également appliquer un peu de chaleur dessus pour favoriser l’éjection du lait.

 

  • Formez un « C » ou un « U » avec votre pouce et votre index, et placez la pulpe de vos doigts à environ 3cm de l’aréole (partie foncée du sein).

 

  • Le « C » formé par vos doigts repose donc sur la moitié du sein, il tournera autour du sein pour drainer tous les lobes.

 

  • Une fois vos doigts placés, enfoncez le sein vers le thorax (mouvement horizontal, vos doigts cherchent à s’approcher de la cage thoracique)

 

  • Puis pressez le sein et relâchez. Le mouvement ne dure que quelques secondes.

 

  • Répétez le mouvement plusieurs fois par zone, jusqu’à ce qu’il n’y ait plus d’écoulement. Et alternez les seins.

Évitez les mouvements de glissement ou de friction de la peau qui peuvent être douloureux. L’expression manuelle ne doit pas être douloureuse. Les geste est doux et régulier.

Il faut plusieurs mouvements avant de déclencher un réflexe d’éjection de lait ou de colostrum. C’est une technique que vous améliorez avec le temps et la pratique. Pas de panique si au début vous vous sentez maladroite. Bientôt vous ferez ça automatiquement, c’est comme pédaler à vélo ou conduire une voiture.

Si vous êtes enceinte, profitez-en pour essayer un peu. Connaître cette technique avant peut vous aider à vous préparer, prendre confiance en vos compétences et en votre corps. Vous verrez peut- être couler quelques goutte de colostrum. Mais ce n’est pas dit… Ça dépend du terme et des femmes.

Comme promis, une vidéo vaut mieux que de longs discours.

J’en ai trouvé plusieurs ( C’est en anglais mais pour les non anglophones pas de soucis, vous pouvez vous référer à mon descriptif écrit tout en regardant les images.

Vidéo 1 (En français)

Vidéo 2  (En français)

Vidéo 3  (En anglais, ne fonctionne pas avec tous les formats)

 

2) Le tire-lait

Complémentaire, voire indispensable si vous tirez votre lait de façon régulière. Il permet en effet de gagner en rapidité et en production selon les performances des modèles.

Il existe des tires-lait :

– Manuels ou électriques.
– A piles, batterie ou sur secteur.
– Pour un usage domestique ou hospitalier.
– En double ou simple pompage.

Leur fonction : Mimer la succion du bébé pour déclencher le réflexe d’éjection du lait et permettre à la mère d’exprimer le lait ou de stimuler sa lactation.

Quel tire-lait choisir?

Tout dépend de l’usage et des besoins.

– Régulier, ou occasionnel ?
– Lactation installée ou démarrage ?
– Pour chez soi, ou hors de la maison ?

Petit tour d’horizon pour vous aider à y voir plus clair et à choisir votre matériel.

Tire-lait manuel ou électrique ?

Je préfère indiscutablement le tire-lait électrique.

J’avais besoin d’un tire lait pour un usage régulier. Mon bébé est né prématuré avec une malformation du palais. Il ne pouvait pas téter efficacement et j’avais besoin de stimuler et d’entretenir ma lactation. Plus tard ça s’est amélioré, mais j’avais d’autres besoins. (Réserve de lait à constituer, déplacements…)

J’ai loué un tire-lait destiné à l’usage hospitalier. Ce n’était pas un modèle dernier cri,mais il a fait le job. J’ai appris plus tard qu’il en existait des plus récents et performants. J’en ferai le détail dans un prochain article.

J’ai voulu acheter un tire lait manuel simple pompage pensant que ce serait plus pratique pour les déplacements. Malheureuse ! Le résultat n’a pas été à la hauteur de mes espérances. J’étais plus efficace en expression manuelle ! Je tirais 50 ml de lait en une éternité, là où je tirais 120 ml en expression manuelle en 15 min! Pour moi, CQFD, j’ai vite laissé tomber l’engin !

J’ai appris aussi plus tard que je n’avais pas choisi le meilleur modèle. Je tenterai peut-être autre chose lors d’un prochain allaitement. Qui sait ?

Mon sentiment

Le tire lait manuel a été une dépense inutile, une perte de temps et d’énergie. J’ai mille fois préféré l’expression manuelle.

  • Les mains sont gratuites

  • Vous les emportez à priori partout et ne dépendez pas d’un matériel que vous pouvez potentiellement oublier…

  • Pas de vaisselle non plus juste une bonne hygiène des mains.

Et vous ? Qu’en pensez-vous? Dites moi en commentaire !

Simple ou double pompage ?

Si vous tirez souvent, ou si vous voulez stimuler la lactation à fond, sans hésiter optez pour le double pompage. Et dans ce cas, ce sera forcément le tire-lait électrique. Le tire-lait en double pompage c’est ce que conseillent tous les professionnels de l’allaitement.

Pourquoi ?

Tirer son lait aux deux seins en même temps présente deux gros avantages :

  • Gain de temps : Compter environ 20 min pour les deux seins, contre le double si vous tirez un sein à la fois.

 

  • Meilleure stimulation (et production). Vous tirerez plus de lait et stimulerez mieux les seins s’il sont sollicités en même temps. C’est une question de taux d’hormones. Lorsque les deux seins sont stimulés en même temps, le pic de prolactine (hormone de la lactation) est plus important que lorsque les seins sont stimulés séparément.

Deux bonnes raisons d’opter pour un tire lait en double pompage ! Cerise sur le gâteau, vous pouvez sur la plupart des appareils passer en simple pompage en cas de nécessité.

Pour avoir les mains libres, il existe des bandeaux de maintien mais vous pouvez aussi vous les fabriquer vous même avec une brassière.

Acheter ou louer son tire lait ?

Je conseille dans un premier temps de le louer :

– D’abord parce qu’un tire-lait c’est cher à l’achat.
– Ensuite, car l’utilité que vous en aurez n’est pas tout à fait définie (durée, fréquence…)

Lorsque vous louez, vous laissez une caution (100 euros pour ma part) et vous achetez un kit de pompage qui lui, est PERSONNEL. (Entre 25 et 30 euros selon les marques et les prestataires).

En France,la location est remboursée par la Sécurité Sociale si elle est prescrite par un médecin ou une sage femme. La mutuelle peut rembourser tout ou partie de votre kit de pompage si vous présentez une quittance.

Ce que contient le kit est variable selon le modèle et la marque.

En général vous trouvez :

Des téterelles. Ce sont des « cônes » qui s’appliquent sur le sein et qui vont aspirer doucement le mamelon pour extraire le lait.
Des tubes qui vont être reliés aux téterelles pour créer une dépression d’air (aspiration). En général, le lait ne passe pas par ces tubes.
Deux récipients de recueil gradués avec leur support
Des valves amovibles
– Parfois et selon l’appareil, un piston que l’on adapte sur le moteur et qui crée les dépressions d’air.

 

« Mais c’est dégueulasse de louer un appareil comme ça qui a déjà servi… ».

C’est la réflexion que j’ai eu une fois, VÉRIDIQUE, de la part d’un médecin mal informé.

Remettons donc les points sur les « I » et les barres sur les « T » :

Lorsque vous louez un appareil, vous louez le moteur. Votre lait n’est en contact qu’avec ce kit personnel et JAMAIS avec la machine que vous avez louée. D’anciens modèles ne remplissent pas ces critères mais ils ne sont logiquement (pour des raisons évidentes d’hygiène) plus proposés par les prestataires. Veillez en tous cas à ce que ce soit le cas ! N’acceptez qu’un modèle où le lait n’est ni en contact avec le moteur, ni avec les tubes.

De toute façon, sur l’ordonnance, le médecin ou la sage femme doit préciser le type d’appareil à fournir.

OUF ! Vous voilà rassurée !

Dans quel cas acheter son tire-lait?

Vous pouvez avoir plusieurs raisons de vouloir acheter votre tire-lait.

Vous voulez un modèle plus compact, nomade et léger. Les appareils en location sont souvent des modèles à usage hospitalier. Ils sont très performants, mais souvent encombrants et bruyant… C’est le revers de la médaille.

Moi, ça ne m’a jamais gênée, ça endormait même mon Piou-Piou lorsque je tirais mon lait à côté de lui.

Avec un appareil plus nomade, vous pouvez vous déplacer plus facilement selon votre mode de vie (Vacances, travail…)… Et tirer plus discrètement.

Mais assurez-vous d’abord avant que l’investissement vaut le coup.

Avec du recul, j’aurais dû le faire, mais je ne connaissais pas l’avenir de mon allaitement. J’ai donc baladé mon matos partout avec moi, dans ma valise, à chaque déplacement. Pas très pratique mais possible si vous n’avez pas de budget pour ça ! La location reste une excellente option.

Et acheter son tire-lait d’occasion ?

Pourquoi pas pour un appareil nomade.

Moi ça ne me dérangerais pas personnellement. Mais je préfèrerais faire confiance aux marques qui développent aussi les modèles hospitaliers. Je ferai le tour de la question dans un prochain article c’est promis.

Je m’assurerais par contre avant de la provenance du produit, son usage précédent, sa date d’achat, la disponibilité des accessoires et s’il est encore sous garantie (mais ce n’est pas une obligation).

On peut trouver de très bonnes occasions sur le marché. Pourquoi s’en priver ?

Vous ferez des économies, donnerez une seconde vie à un produit dont l’état ne nécessite pas qu’il soit jeté. De plus, vous pourrez peut être vous aussi le revendre d’occasion s’il est encore en bon état de fonctionnement.

Voilà pour ce premier article destiné au tire-lait !

Des questions sur ce sujet?

Je prévois plusieurs articles ce mois-ci sur

« L’art de tirer son lait »

Alors si vous avez des questions, écrivez-moi!

Je serai ravie de vous répondre dans mes prochains articles.

A la semaine prochaine ! Bonnes tétées à toutes!

Fanny Bellaray

0 commentaire
2

Vous aimerez peut-être...

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Autorisez-vous les cookies? Oui En savoir plus

Envie d’allaiter? Ou pas encore sûre?

Prépare sereinement ton futur allaitement en téléchargeant tes premiers outils inclus dans mon programme privé et gratuit.